30/06/2018

Quatuor Taurus & Joonas Ahonen #15


Lieu
Heure

16:00

Plus d'information

C’est en 2012, au Festival Musiq’3, que le Quatuor Taurus a donné son premier concert. Voilà un grand cru qui a magnifiquement muri avec les années, comme nous le montrera leur interprétation du 9ème quatuor de Beethoven. Il sera rejoint par un des plus brillants pianistes finlandais de la jeune génération. Une rencontre qui nous permettra de découvrir une œuvre rarement jouée qu’Ottorino Respighi a composée sur les bords de la mer Baltique…

  • Ottorino Respighi, Quintette à clavier en fa mineur, P. 35
  • Ludwig van Beethoven, Quatuor à cordes n°9 en do majeur, op. 59/3

Prix : de 9 à 15 €

Pass Studio 4 : 75 €
Assistez à tous les concerts du Studio 4 pour un prix avantageux !
En réservant ce PASS, vous bénéficiez également de -50% sur les tarifs des concerts au Studio 1 et au Théâtre Marni.(Places supplémentaires uniquement au 081 / 73 37 81)

Carte 5 concerts : 45 €
Non nominatif. Achat de 5 places pour le même concert ou pour tous les concerts qui ont lieu au Studio 4, Studio 1, Marni et La Cambre.

Le catalogue des oeuvres de Respighi compte quasiment 200 numéros mais seules 4 ou 5 de ses compositions pour orchestre sont régulièrement entendues. C’est regrettable car son oeuvre de musique de chambre mérite largement d’être revisitée. Son seul quintette à clavier est une oeuvre de jeunesse, peut-être inspirée par César Franck. Le piano y joue toutefois un rôle central, plus soliste que chez Franck.

Dans sa constante recherche sur la forme, Beethoven nous laisse trois genres d’ œuvres qui offrent un reflet fascinant de l’évolution parcourue durant sa vie : il y a les 9 symphonies, les 32 sonates pour piano et les 17 quatuors à cordes. Le 9ème quatuor constitue le dernier des trois quatuors de l’opus 59, dédié au comte Razumovsky, dont le nom reste attaché à ces pièces. La tonalité – do majeur – mais aussi l’atmosphère générale sont joyeuses et positives. Seul le deuxième mouvement, lent et en mineur, prête à la méditation. Les deux derniers mouvements s’enchaînent et nous entraînent dans un finale endiablé. Dans ce dernier mouvement, Beethoven répète ses thèmes de manière fuguée et cela crée un sentiment d’urgence, une course vers la fin. La critique de l’époque, qui n’a pas souvent été tendre avec Beethoven, semble avoir beaucoup apprécié ce quatuor, plus que les deux autres Razumovsky. Beethoven lui-même était assez fier de son opus 59. On le comprend !

 

Benoit Jacques de Dixmude

Share
Explorez le programme de Bruxelles
sponsors et partenaires
FederationWallonieBruxelles
Wallonie
Loterie
BanqueNationale
Musiq3
LeVif
Alphaplay
la-trois

Les Festivals de Wallonie
1 Place d’Armes, 5000 Namur
+32 81 73 37 81
info@lesfestivalsdewallonie.be

Site by Coast
Mentions légales

© 2018 Les Festivals de Wallonie
police de caractère
Contrast